Yntymak Radio/TV reconstruit la paix au Kirghizistan

Après les affrontements ethniques qui ont déchiré les populations kirghizes et ouzbeks, Yntymak essaie une approche positive pour les rassembler

OSH, Kirghizistan — Aider des communautés ethniques en conflit à trouver la paix serait un défi de taille pour tout radiodiffuseur. Mais c'est le mandat de Yntymak (le mot kirghize pour «l'harmonie»), un radiodiffuseur et télédiffuseur public régional dans le sud du Kirghizistan.

Madina Ulugbek présente son émission en ouzbek.
Crédit : Dmitry Motinov/Internews

Fondée par le gouvernement kirghize en 2011 et soutenue par l'organisation internationale de radiodiffusion Internews, la mission de Yntymak est de construire des ponts entre la population majoritaire kirghize et la population minoritaire ouzbek dans cette partie de l'Asie centrale. Un conflit kirghize/ouzbek en juin 2010 dans le sud du Kirghizistan a entraîné la mort de plus de 2 000 personnes et le déplacement de milliers de réfugiés des deux communautés.

« Ce conflit a eu pour effet la quasi disparition des médias en langue ouzbek dans le paysage médiatique local », a déclaré Elina Karakulova, directrice d’Internews au Kirghizistan. Exclure un groupe culturel aussi important de toute information vitale est inacceptable : « Avoir des nouvelles sur le Kirghizistan en langue ouzbek pour notre deuxième plus grande communauté ethnique est crucial en termes de sécurité de l'information, de niveaux d'intégration plus profonds et de confiance entre les communautés », a-t-elle déclaré.

Kanybek Zhalaldin, directeur technique de Yntymak, au travail dans la régie de production pendant une émission de télévision de Yntymak.
Crédit : Dmitry Motinov/Internews

Pour inverser cette tendance, Yntymak a démarré sur les ondes en août 2012, après avoir commencé en ligne l'année précédente. Aujourd'hui, la station diffuse 24/24 7/7 sur la FM (106,1 MHz) et 17 heures par jour à la télévision, depuis la ville d'Och, théâtre d’une grande partie des violences entre Kirghizes et Ouzbeks.

Sept ans après le conflit kirghize/ouzbek dans le sud du Kirghizistan, « Yntymak reste la seule station à diffuser des programmes dans la langue ouzbek, à la fois à la radio et à la télévision », a déclaré Karakulova. La station diffuse également en kirghize et en russe, dans le but d'apporter une «harmonie» à tous les groupes ethniques importants de la région. Selon le World Factbook en ligne de la CIA, la population de 5,7 millions du Kirghizistan est à 70,9 % kirghize, à 14,3 % ouzbek et à 7,7 % russe, ce dernier groupe ayant grandi au cours de l'intégration du Kirghizistan dans l'Union soviétique (1918-1991).

Construire la confiance

La présentatrice Nurzada Shaidilla et le caméraman Joldubay Rustambay se préparent pour une émission.
Crédit: Dmitry Motinov/Internews

Étant donné le lourd tribut du conflit kirghize/ouzbek en 2011, les esprits étaient encore échauffés quand Yntymak a signé en 2012. « Il y avait une résistance énorme de la population locale », a déclaré Karakulova. « Cependant, au fil des ans, Yntymak est devenue pour les deux communautés ethniques une source d'information équilibrée appréciée et populaire ».

Le fait que Yntymak répartit les diffusions de sa journée entre les trois principaux groupes linguistiques (environ 60 % en kirghize, 30 % en ouzbek et 10 % en russe) rend sa programmation compréhensible pour presque tout le monde dans le sud du Kirghizistan. Mais c'est surtout le contenu diffusé sur Yntymak qui rassemble les gens, car ses programmes mettent l'accent sur l'intégration et l'unité, plutôt que sur la différenciation favorisée par quelques autres radiodiffuseurs régionaux.

« Notre station de radio FM, notre chaîne de télévision et notre site web mettent l’accent sur les histoires humaines, les récits locaux et les exemples positifs de coopération et de coexistence pacifique, ainsi que sur les thèmes qui ont un intérêt pour la communauté locale indépendamment des nationalités, professions et classes sociales », a dit Karakulova.

Branchez-vous sur Yntymak, et vous pourriez entendre/voir un reportage d’investigation sur une famille locale sur le point de perdre sa maison faute de remboursement d'un prêt, ne voulant que la conserver en obtenant de nouvelles conditions grâce à la chaîne qui raconte leur histoire. Vous pourriez également voir Yntymak révéler les mauvaises conditions dans un refuge local pour les sans-abris, incitant des donateurs à appeler la station et à donner de l’argent, ou aller dans une école maternelle dont les locaux à l’abandon risquent de s'effondrer.

Dans un article sur le site web d'Internews, le vidéaste/rédacteur en chef de Yntymak, Azamjon Buzurikov, a résumé soigneusement la tentative de la station de desservir l'ensemble de ses publics ethniques, ce qu’il ne manque de rappeler régulièrement aux fonctionnaires locaux.

« Nous leur disons que nous couvrons tout des deux points de vue, et que c'est très important de faire entendre aussi leur voix dans l'histoire », a déclaré Buzurikov. Cet accent mis sur l'équilibre éditorial correspond à la mission d'Internews en tant que groupe à but non lucratif qui aide à donner aux gens l'accès à des sources d'information fiables et objectives dans leurs communautés.

Résultats

« Nous essayons toujours d'améliorer la qualité de nos programmes, de nous concentrer sur des histoires de coopération, de trouver des thèmes communs à toutes les communautés du sud, et d'informer notre public sur la valeur du service de radiodiffusion publique », a déclaré Karakulova. À cette fin, « Yntymak organise régulièrement des événements publics et des groupes de discussion pour obtenir des réactions et connaître les problèmes, les préoccupations et les difficultés des personnes vivant dans les communautés locales ».

Bien sûr, le contenu de Yntymak n'est pas toujours sérieux. Consciente que son public souhaite être distrait aussi bien qu’informé, la station passe un large éventail de programmes populaires. Cela comprend la diffusion de matchs de football (soccer) dans tout le sud du Kirghizistan et des horoscopes quotidiens. Pourtant, l'idée que les communautés kirghizes et ouzbeks vont mieux en vivant ensemble n’est jamais loin de l’objectif de ce diffuseur, comme l'a démontré le concert public «Vous nous manquez», diffusé en 2013, qui a réuni des musiciens kirghizes et ouzbeks sur la même scène.

« Cela fait bien longtemps que nos citoyens ethniques ouzbeks n’avaient pas assisté à un concert. Ils ont rarement quitté leurs maisons, telle était la situation », a déclaré l'ancien directeur de Yntymak, Kaarmanbek Kuluev, dans un article publié sur le site de RadioFreeEurope/RadioLiberty. « Maintenant, ils reviennent progressivement aux concerts et participent à des événements culturels. Le but de notre concert était de les encourager à revenir à une vie pacifique normale, d'aller à de tels concerts, de chanter, de danser, d'aller dans les théâtres ».

Depuis sa création en 2012, Yntymak a fait une grande avancée en rapprochant les populations kirghizes et ouzbeks du sud du Kirghizistan.

Cet effort a bénéficié de l’important soutien professionnel d’Internews, avec le soutien financier de l'USAID [l'Agence des États-Unis pour le développement international]. Ce soutien incluait la formation des journalistes de Yntymak sur tout, depuis la production de nouvelles et les techniques de présentation jusqu'à la couverture des élections et le marketing des réseaux sociaux.

Les fonds de l'USAID ont également contribué à créer une salle de rédaction numérique moderne pour le diffuseur, à mener des recherches sur l'auditoire afin de s'assurer que chacun de ses groupes linguistiques est correctement servi, ainsi qu’à payer pour l’embauche et la formation de managers professionnels.

Malgré cela, c'est la passion des 90 employés du personnel de Yntymak pour servir les divers groupes ethniques de leur région — et pour le faire de façon équitable et objective — qui fait la vraie différence dans le Kirghizistan du sud. Certes, la diffusion seule ne peut pas réparer les blessures des conflits intercommunautaires, mais elle peut favoriser un climat social de partage et de bonne volonté qui rend possible une telle réconciliation avec des chances de réussite accrues. À cette fin, « Yntymak a jeté des ponts et a donné un sentiment d'intégration au cours des six dernières années », a déclaré Karakulova.

Dans la poursuite de cette mission, Karakulova a appris quelques leçons qui profiteront aux radiodiffuseurs qui tentent de rassembler leurs communautés plutôt que de les déchirer.

Tout d'abord, « il est important d'indiquer ouvertement vos valeurs et vos intentions », a-t-elle déclaré. Lorsque Yntymak a commencé à diffuser, « Nous avons ouvertement déclaré que nous sommes ici pour promouvoir la paix et construire la confiance, et ces valeurs se sont immédiatement traduites dans la programmation ». Deuxièmement, « Il est important de parler aux communautés locales et aux autorités de l'importance du contenu en langue minoritaire, d'organiser des événements publics et de créer des plateformes de dialogue public sur des problèmes communs ».

Par elle-même, Yntymak ne peut pas résoudre la division ethnique dans le sud du Kirghizistan. Mais avec l'aide de son personnel et de ses auditeurs, le diffuseur fait des progrès visibles pour guérir le schisme entre les Kirghizes et les Ouzbeks.

James Careless couvre l'industrie pour Radio World depuis Ottawa, en Ontario.



Receive regular news and technology updates. Sign up for our free newsletter here.

Share This Post