L'avenir de la radio dans les voitures - Radio World

L'avenir de la radio dans les voitures

Le streaming audio fait peut-être fureur, mais ne comptez pas trop sur la disparition rapide de la radio analogique. En revanche, les perspectives ne sont pas bonnes pour les lecteurs de CD.
Author:
Publish date:

Par James Careless

Image placeholder title

Galvin Manufacturing Corp. (plus tard Motorola) a développé l'un des premiers autoradios commerciaux à succès en 1930. Ce fut le premier produit à porter la marque Motorola. Conçu pour être produit en masse, abordable et facile à installer, ses composants comme on le voit ici, comportent, de gauche à droite : un récepteur radio, un bouton de tuning et un haut-parleur.
Crédit: Motorola Solutions ArchivesOTTAWA — L’humble autoradio d’autrefois est au milieu d'une transformation technologique. Ce qui a commencé en 1930 comme un tube radio AM/MW tel que le récepteur Motorola 5T71 est maintenant un centre de divertissement multimédia informatisé capable de passer de l’audio en streaming sur Internet, du MP3, des CD et un mélange d’émissions de radio analogiques/numériques.

La dernière version de l'autoradio n’est pas fixée dans la pierre. Comme l'évolution des préférences des clients et les nouvelles technologies se combinent pour changer la nature même du divertissement audio, les fabricants d’autoradios continueront à changer cet équipement afin de rester à la hauteur.

Tendances de la radio dans les voitures

« Il y a deux tendances concernant la radio dans l'industrie automobile », a déclaré Benjamin Oberkersch, porte-parole de Connected Car & Infotainment de Mercedes-Benz. « Ce sont des formats de transmission numérique de haute qualité, tels que le DAB/DAB+ et la HD Radio, plus le streaming audio, également connu comme radio sur Internet ».

Pour faire face à ces exigences, les constructeurs automobiles à travers le monde ont ajouté les formats particuliers de transmission numérique conformes à leurs normes locales, ainsi que la possibilité pour les autoradios de recevoir le streaming audio via les smartphones connectés à Internet.

Cette deuxième tendance reflète un changement de paradigme dans la conception de l'autoradio. Plutôt que d'essayer de développer une certaine forme de capacité de téléphonie mobile intégrée pour connecter les autoradios directement sur le Web sans fil, les fabricants d'autoradios se contentent de laisser les smartphones de leurs conducteurs gérer ce lien du « dernier mile ».

Image placeholder title

Le X009-GM d'Alpine, nouveau système de navigation audio/vidéo de l'entreprise pour les camions et SUV GM, avec un écran tactile de neuf pouces. L'écran montre une station HD Radio avec des métadonnées pour le nom de l'artiste, le nom du morceau, le nom de l'album et la pochette.
Crédit: Alpine Electronics of America D'un point de vue technique, cette stratégie s’apparente à l'installation de récepteurs AM/FM incomplets dans les voitures. Mais puisque les consommateurs ont dû fournir leur propre connectivité Web sans fil depuis que le streaming audio dans les voitures a commencé, il n'y a pas de résistance commerciale à cette approche. Cela ne signifie pas que « les modems embarqués sans fil » n’existent pas dans les voitures : le service support voiture OnStar de GM est la preuve qu’ils existent. Mais les modems embarqués sont davantage l'exception que la norme dans les voitures de nos jours.

« L'évolution constante de l'équipement des smartphones, ainsi que les mises à niveau en cours sur les réseaux mobiles — comme le passage de la 3G à la 4G — empêchent les fabricants d'autoradios de sélectionner une technologie de modem Web sans fil qui restera actuelle », a expliqué Steve Brown, responsable de la promotion des produits chez Alpine Electronics of America, fabricant d’autoradios. « En conséquence, il est logique que les fabricants d’autoradios laissent les fabricants de smartphones porter ce fardeau ».

Les progrès de la radio numérique

En Europe, les fabricants d'autoradios intègrent de plus en plus le DAB/DAB+ dans leurs autoradios. Un exemple : au Royaume-Uni, « 250 000 nouvelles voitures ont pris la route en septembre [2014] équipées d'une radio numérique », a déclaré Ed Vaizey, le ministre britannique de la Culture et de l'Économie numérique.

C’est une hausse de près de 50 % depuis septembre 2013. Selon le WorldDMB, l'organisme mondial de promotion de la radio numérique, Audi, BMW, Ford, Jaguar Land Rover, Mini, Volvo et Volkswagen installent maintenant la radio numérique comme équipement standard dans la majorité des modèles. 90 % des nouveaux véhicules européens doivent sortir avec des radios numériques d'ici la fin 2015.

« La radio numérique est la bonne technologie pour les véhicules », a déclaré Bertram Hock, directeur du département Broadcast de BMW Group. « Du point de vue de BMW l'industrie automobile est très bien équipée pour exploiter le potentiel multimédia dans les pays — de préférence dans toute la zone de couverture DAB ».

Dans d'autres parties du monde, comme l'Asie et l'Inde en particulier, potentiellement le plus grand marché numérique dans le monde, l'intérêt des constructeurs automobiles pour le standard Digital Radio Mondiale (DRM) a été démontré, dit Ruxandra Obreja, présidente de DRM.

« Le cycle long de planification des constructeurs automobiles et la disponibilité de chipsets multistandard (de NXP, par exemple) signifie que les équipementiers et les constructeurs automobiles ont déjà démontré la réception DRM directe en voiture », a-t-elle dit.

« Il semble que les grands constructeurs automobiles indiens soient à la pointe de l'introduction de récepteurs numériques dans le pays puisque l'antenne, la consommation d'électricité et les coûts sont moins un problème qu’avec un récepteur de bureau ou un smartphone », a déclaré Obreja. Et selon Yogendra Pal, président d'honneur de la section Inde du Consortium DRM, « plus de six fabricants indiens de premier plan devraient annoncer prochainement les dates auxquelles leurs voitures auront des radios avec le DRM intégré ».

Logiquement, on s’attendrait à ce que les nouveaux formats numériques éjectent les anciens, tout comme les lecteurs de CD de voiture ont remplacé les lecteurs de cassettes. Mais ce n’est pas le cas avec les autoradios, dit Oberkersch de Mercedes-Benz. « Bien sûr, le DAB+ est de plus en plus populaire », a-t-il dit. « Mais la FM est toujours la source de radio la plus utilisée en Europe ».

Où va l’AM/MW ?

Aux États-Unis, la HD radio fait son chemin dans les tableaux de bord d'automobiles du pays. (Le Canada n'a pas de service de radio numérique, depuis que sa tentative du DAB dans la bande 1452-1492 MHz a échoué en raison d'un manque de radios abordables et d'intérêt des consommateurs).

Les problèmes techniques ont récemment incité General Motors à abandonner la HD Radio dans ses Buick Enclave, Buick Regal, Chevrolet Impala, Chevrolet Traverse et GMC Silverado Truck de 2015. Dans le même temps, « il y a autant de nouvelles ‘plates-formes’ GM qui ajoutent la HD Radio que celles qui l’abandonnent », a déclaré Strategy Analytics, un cabinet d’études de marché de la technologie, postant un blog en août 2014. « De sorte que le net n’est pas un changement et les perspectives à long terme sont la poursuite du déploiement à grande échelle ».

« Comparé au streaming audio, au DAB/DAB+ et à la HD Radio, l’AM/MW est une technologie de l'âge de pierre de la radio, sauf à utiliser sa version numérique DRM. Alors, quand la nouvelle est tombée que BMW renonçait à l’AM/MW dans sa voiture électrique i3 - principalement parce que l’AM/MW subirait des interférences du moteur électrique de 125 kW de la i3 - la décision du constructeur automobile d’abandonner cette technologie antique a semblé compréhensible.

Cette décision a alarmé Gordon Smith, Président/CEO de la NAB. Il a écrit au Président/CEO Ludwig Willisch de BMW North America pour souligner que « les concurrents de voitures électriques de BMW ont traité cette interférence de signal AM suffisamment en amont et que leurs véhicules sont toujours équipés de radio AM ».

Selon Dominique Bonte, la décision de BMW ne signifie pas nécessairement la disparition de la réception radio AM/MW dans les voitures, mais elle reflète la volonté de tous les constructeurs d'abandonner les anciens formats au moment où les goûts des consommateurs changent. « BMW a également abandonné le lecteur CD dans la i3 », a noté Bonte, qui est vice-président et directeur des essais d’ABI Research, un cabinet d’études de marché de la technologie. « D'autres constructeurs suivent le mouvement alors que les CD perdent en popularité.

La bonne nouvelle pour les radiodiffuseurs est que les récepteurs AM/MW sont peu onéreux à inclure dans les autoradios, contrairement aux lecteurs de CD ».

L’avenir

Compte tenu de tous ces facteurs, la radio du futur dans les voitures continuera probablement à être un amalgame des vieilles plates-formes de réception (AM/MW et FM) et des nouvelles (DAB/DAB+, HD Radio, DRM et le streaming audio). « En Europe, les plans mobiles transfrontaliers font qu'il est très abordable d’écouter le streaming audio d’un pays à l’autre », a déclaré Bonte. « Ajoutez le fait que les transporteurs sans fil pourraient bientôt inclure la livraison de données dans leurs plans de consommateur tout-en-un, et que le marché penche clairement en faveur du streaming audio ».

Quant à l’AM/MW ? En dépit de BMW, les jours de cette technologie antique de réception ne sont pas encore finis, même si l’AM/MW semble rétro par rapport à la radio numérique et au streaming audio.

James Careless couvre l’industrie pour Radio World depuis Ottawa, en Ontario.

Related