Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

 
 

L’Afrique et l’Europe progressent vers le numérique

Le Salon European Radio Show a accueilli deux sessions mettant en évidence le statut du numérique sur les deux continents, du studio à la transmission.

Par Davide Moro

PARIS — Les différents aspects concernant la numérisation de l’industrie de la radio ont été abordés au Salon European Radio Show, qui s’est tenu à Paris du 29 au 31 janvier. Le dernier jour de l’événement, deux sessions de conférences ont traité à la fois de la production et de la distribution de contenu pour les radios.

Au cours de la session intitulée «La Numérisation de la Radio en Afrique», les intervenants ont discuté de l’état actuel de l’Afrique et des développements futurs attendus en ce qui concerne les outils et les systèmes de production numérique sur le marché de la radio en Afrique francophone. Pour le groupe d’experts il n’a fait aucun doute que la production radio en Afrique est aujourd’hui principalement numérique, en particulier au niveau des diffuseurs nationaux.

Dans les studios

Toufik Boudena, directeur des services techniques et de l’équipement à Radio Algérienne, parle au Salon European Radio Show.

Dominique Guihot, Président directeur général d’Africa N°1, a déclaré que le diffuseur passe à la gestion du contenu numérique pour accéder à divers contenus, ce qui est disponible en Europe uniquement en format numérique. Carlos Acciari de Radio France Internationale a ajouté que les journalistes qui avaient l’habitude d’éditer leur contenu sur bandes magnétiques peuvent maintenant facilement l’éditer avec un PC.

Toufik Boudena, Directeur des services techniques et de l’équipement à Radio Algérienne, est revenu sur l’apparition d’une «mystérieuse cabine» dans les locaux de la station. « Cette cabine numérique était équipée de Digital Audio Tape (DAT) et d’enregistreurs Mini-Disc (MD). « Grâce à la numérisation de nos outils quotidiens, tout est beaucoup plus facile », a-t-il déclaré. « L’inconvénient est que les anciens personnels de la radio ont parfois l’impression que leur rôle a été repris par les professionnels de l’IT ».

Le même jour, la session «DAB+ en Europe — une Vision pour le Futur de la Radio» a mis en évidence la situation actuelle et le développement de la radio numérique en Europe.

Jørn Jensen, conseiller principal pour la chaîne publique norvégienne NRK, a informé le public sur la transition vers le DAB, en cours dans le pays. Il a dit que la couverture DAB en Norvège est maintenant de 99,7 % et que 71 % des maisons ont au moins un récepteur DAB. Dans la région de Nordland, la première où les émissions FM ont cessé en janvier dernier, ce chiffre atteint 77 %.

Quant au contenu, il a dit que plus de 50 % des auditeurs hebdomadaires écoutent maintenant des stations de radio qui n’auraient pas existé sans la numérisation. Jensen a souligné que le nombre de chaînes nationales de la nation est passé de cinq sur la bande FM à 30 sur le DAB, et que de nombreuses chaînes thématiques gagnent du terrain, y compris des chaînes dédiées ciblant les enfants, les adolescents et les personnes de plus de 55 ans.

Le DAB+ en Europe

Marcel Regnotto, de l’Office fédéral de la Communication et des Médias en Suisse (OFCOM), a donné au public un aperçu du paysage de la radio numérique de son pays.

Il a dit que 40 des 42 stations commerciales, qui possèdent une licence FM, sont maintenant en simulcasting sur le DAB. Il a ajouté que la couverture radio numérique atteint maintenant environ 98 % de la population et que 74 % des foyers ont maintenant un récepteur numérique.

En outre, il a souligné que le printemps dernier, l’écoute globale de la radio FM du pays avait passé pour la première fois la barre des 50 %, à 47 %. Il a également déclaré que l’écoute en DAB était de 27 %, dépassant pour la première fois l’écoute numérique sur le Web, qui est maintenant à 26 %. Regnotto a conclu en disant que les radiodiffuseurs du pays « seront en mesure de commuter vers le DAB lorsque l’écoute numérique dépassera 80 % », ajoutant qu’il estime que cela se produira après 2020.

Nicolas Curien, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de la France, a reconnu que l’industrie de la radio en France était en retard pour entrer dans l’ère de la radio numérique.

Accélérer le rythme

Nicolas Curien, du Conseil supérieur de l’audiovisuel français, a dit lors du Salon European Radio Show qu’il aimerait accélérer l’introduction de la radio numérique en France.

« Je préfère faire les choses d’une manière appropriée et à point nommé, quand ce sera le moment le plus opportun », a déclaré Curien. « Maintenant, il est temps d’accélérer notre processus numérique. Nous avons décidé d’introduire la radio numérique à un rythme de trois régions à la fois, et je suggère maintenant que le CSA passe à cinq régions à la fois ». Curien a confirmé que l’écoute en voiture était une priorité comme l’est la couverture numérique sur les routes et autoroutes.

 Selon Jacqueline Bierhorst, directrice de projet chez Digital Radio+ Netherlands, dans son pays il n’y a pas de vraie station FM commerciale nationale. « Neuf radiodiffuseurs commerciaux, qui étaient déjà sur le marché, ont joint leurs efforts pour former un seul multiplex DAB national », a-t-elle dit. « Voilà comment la première diffusion commerciale du pays est arrivée ».

Bierhorst a dit que les Pays-Bas ne visent pas un passage au numérique pour le moment. « Je crois que ce sera une évolution naturelle — en 2023 nous évaluerons le scénario et examinerons les possibles étapes suivantes. À l’heure actuelle, nous sommes tous profondément attachés au développement d’un écosystème de radio numérique sain, ainsi qu’à la production d’un grand contenu radio », a-t-elle conclu.

Carsten Zorger, de Digital Radio Büro Deutschland en Allemagne, a déclaré que l’avènement de la radio numérique a été la première occasion d’avoir des stations capables de couvrir l’ensemble du pays avec une seule technologie. La station, qui a une couverture FM d’environ 70 %, est maintenant disponible à l’échelle nationale sur un multiplex DAB.

La radio numérique a également offert la possibilité pour certaines anciennes stations FM régionales de passer à une couverture nationale. Un exemple est la station bavaroise, Energy Munich. « Nous nous attendions à avoir une feuille de route numérique émise par nos autorités avant fin 2016, mais nous n’avons pas réussi », a-t-il dit. « Cette feuille de route, qui indiquera notre stratégie nationale en la matière, est maintenant prévue pour mars ».

Il a ajouté que les demandes sont actuellement ouvertes pour un deuxième multiplex DAB national. La licence sera publiée l’été prochain avec le début des émissions prévu avant la fin 2017.

Davide Moro couvre l’industrie pour Radio World depuis Bergame, en Italie.

Close